Gagnoa: La CIB met 600 travailleurs au chômage

657 agents de la Compagnie industrielle du bois (CIB) sont au chômage technique depuis le lundi 21 septembre dernier. Une situation qui doit durer deux mois et susceptible d’être renouvelée si les choses ne s’amélioraient pas. Les responsables syndicaux de cette unité industrielle ont organisé, quelques jours après la fermeture de l’entreprise, une conférence de presse pour en parler. Et par la même occasion plaider pour la réouverture de la société. « Nous ne demandons qu’à travailler. Voyez-vous, cette situation se présente en pleine rentrée scolaire. Où allons-nous trouver de l’argent pour scolariser nos enfants ?», s’inquiète N’zi Yao Christophe, Secrétaire général de l’Ugtci.

«La fermeture de la CIB ne fera qu’accroître le nombre de chômeurs dans la ville. Que l’État se penche sur notre situation », souligne Sangaré Karamoko, Secrétaire général adjoint de la Centrale syndicale Dignité. Les conférenciers expliquent que la police forestière réclame la somme de 39 millions représentant une amende qui court depuis l’an dernier.

« La société a commencé à payer mensuellement cette somme lorsque le covid-19 s’est signalé », rapelle Koné Karnan, Chef du personnel, « On ne pouvait plus ravitailler nos clients qui sont localisés en Europe. Là-bas, tous les ports étaient fermés. Nos activités tournaient donc au ralenti », situe-t-il l’origine de la fermeture.

Selon les travailleurs, pour l’exercice 2020, les eaux et forêts leur ont fixé une autre amende s’élevant à 205 millions FCfa. La conjoncture économique actuelle, liée à la pandémie du Covid-19, asphyxie un peu plus l’entreprise. « Nous n’avons pas bénéficié de ce fonds », regrettent-t-ils, parlant du fonds covid-19 de l’Etat aux entreprises. La masse salariale de la CIB atteint les 80 millionsFcfa chaque mois.

Alain Kpapo à Gagnoa

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password