Amira Lobognon : « Ce que mon époux m’a dit en prison le 16 juin »

Au lendemain de la publication, dans nos colonnes, de la déclaration du député Alain Lobognon qui projette une grève de la faim à partir du 1er juillet dans sa cellule de la prison d’Agboville, son épouse Amira Lobognon, a accepté de répondre à nos questions sur cette situation.

Comment avez-vous accueilli la décision de votre époux d’entamer une grève de la faim à compter du 1er juillet 2020 ?

Sincèrement je m’y suis opposée. Il m’a informée de cette décision lors de ma dernière visite le 16 juin. Je lui ai dit que vu son état de santé, et vu les conditions carcérales et vu la pandémie de coronavirus, je n’aimerais pas qu’il entame une grève de la faim parce que ça sera pire. Il m’a répondu dans les mêmes termes : «  vu que la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP, ndlr) a pris une décision, vu les recommandations de l’Union interparlementaire (UIP, ndlr), Amnesty International, etc., il ne lui reste plus qu’un seul droit légitime en tant que prisonnier, c’est le droit d’observer une grève de la faim ».

Cela vous a convaincue ?

Je ne puis pas dire que cela m’a convaincue. Je peux dire : que voulez-vous que nous fassions ? Cela fait précisément 180 jours aujourd’hui (hier 23 juin, ndlr) qu’ils sont incarcérés sans procès.

Dans quel état physique l’avez-vous laissé le 16 juin lors de votre dernière visite le 16 juin ?

Il faut mentionner que son médecin personnel n’a pas accès à lui. A chaque visite, je me déplace avec le médecin, il dépose avec moi les repas et les médicaments s’il en a besoin, mais lorsqu’il veut m’accompagner pour le voir, on le lui interdit. Donc, son médecin personnel n’a pu prendre ses constantes. J’ai revu mon époux comme vous le connaissez.  Un homme déterminé. J’ai toujours soutenu mon époux dans toutes ses décisions et je le soutiendrai dans celle-ci.

Pensez-vous que la maladie de Simon Soro atteint de la Covid-19 à la prison d’Abengourou et évacué à Abidjan pour des soins, a pu motiver cette décision de votre époux ?

Cette nouvelle l’a beaucoup affecté. Je peux même dire que c’est ce qui a motivé son désir d’observer une grève de la faim. Il m’a demandé d’informer nos enfants. La famille a été également informée de son choix. Nous le soutenons en prière.

Quelle a été la réaction des enfants, on sait qu’elles sont encore en bas âge…

Cela fait la deuxième grève de la faim que leur père va observer. C’est encore plus difficile et plus éprouvant pour elles vu qu’elles savaient qu’il est déjà malade et qu’il a été malade et qu’il n’a pas été pris en charge comme il se doit. Donc, ce serait encore plus difficile pour elles. Mais j’ai préféré le leur annoncer comme on le fait toujours au lieu qu’elles l’apprennent par d’autres personnes ou sur les réseaux sociaux. Elles l’ont appris par ma bouche.

La déclaration de votre époux a été adressée au gouvernement, aux représentations diplomatiques, aux groupes parlementaires, aux guides religieux, etc. Avez-vous reçu des réactions ?

Jusqu’à ce jour, à part les courriers que j’avais écrits, à part la décision de la Cour africaine, de l’Union interparlementaire…les chancelleries qui m’ont contactée, c’était plus pour avoir le point de la situation. Pas vraiment pour nous dire qu’ils vont intervenir en quoi ce soit. La seule personne qui a eu le courage de s’exprimer, c’était le Cardinal Kutwa qui a demandé leur libération. Je suis surprise du mutisme des députés. Alain Lobognon n’est pas le seul député en prison. Quatre autres députés sont détenus. Cela fait 180 jours sans procès. Ce sont des pères de familles. Ils sont en prison dans un univers carcéral dont vous connaissez les conditions. En plus, il y a la pandémie de covid-19 dont les cas confirmés ne cessent de croitre. Nous savons tous ce que l’Onu a demandé aux dirigeants africains. Nous savons tous que nos époux ne sont plus des jeunes comme en 2002 où Alain Lobognon a décidé de s’engager dans la rébellion qui a permis l’avènement du RDR au pouvoir. Et c’est ce même RDR en 2020 qui l’a mis en prison. Quelle ironie ? Me direz-vous.

Nous sommes à une semaine de l’entrée en vigueur de sa décision d’entrée en grève de la faim. Espérez-vous que d’ici là il y aura une réponse favorable qui lui éviterait cette grève ?

J’espère. Je suis croyante. J’ai foi en Dieu. Je me dis que Dieu pourra faire un miracle.

Avez-vous un message à l’endroit des autorités ?

Que voulez-vous que je dise ? Nos époux ont été arrêtés illégalement et injustement depuis le 23 décembre. Ils sont détenus sans procès en vue, dans des conditions déplorables. D’autres prisonniers politiques sont dans les mêmes conditions. Ils sont des pères de famille, des élus de la nation pour certains, des hommes d’affaires pour d’autres, des diplomates. Je ne pense pas que ce soit des hommes qui peuvent fuir leurs responsabilités face à la justice. Je demande juste qu’ils soient libérés provisoirement puisque l’enquête est en cours pour que la justice soit respectée. Et s’ils sont convoqués au tribunal ils s’y rendront !  Je ne pense pas qu’Alain Lobognon puisse fuir pour aller nulle part.  De toutes les façons, il restera toujours dans son pays. Comment fuirait-il le pays sachant que les frontières sont fermées aujourd’hui. Même si les frontières étaient ouvertes, ce n’est pas des hommes qui sont des fuyards. Ils assumeront pleinement leurs responsabilités. Je demande donc qu’une liberté provisoire leur soit accordée et qu’ils se présentent à la justice s’ils sont convoqués. Cela ne sert à rien de les garder en prison parce qu’on veut maintenir coûte que coûte des pères de famille en prison. D’autres personnalités de ce pays ont fêté leur anniversaire le 21 juin. J’ai vu des vidéos sur les réseaux sociaux où ils jouaient à la boxe avec leur fille. Mes filles aussi auraient voulu jouer à la boxe avec leur père Alain Lobognon. Il n’a pas dit qu’il ira quelque part. On connait son domicile comme on connait les domiciles de tous ces détenus puisqu’on les a tous perquisitionnés. Voilà le seul message que je peux adresser aux autorités.  

Interview réalisée par Cissé Sindou

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password